La différence entre le Coran traduit et le Coran en arabe

Le Noble Coran est la Parole d’Allâh – ’Azza wa Djal. C’est la raison pour laquelle il n’est pas permis de traduire le Coran en une autre langue (que l’arabe). Ceci dit, ce qui est permis dans ce domaine, c’est une traduction du sens rapproché. Cependant, la traduction du sens rapproché ne sacralise pas ce dernier comme le Coran[en arabe]. Car le Coran (en arabe) est la Parole d’Allâh.

La traduction du sens rapproché est un effort d’interprétation de l’être humain, alors que le Qor’ân est un miracle [en lui-même] dans ses termes employés car ce dernier provient d’Allâh. La traduction ne peut bénéficier des mêmes spécificités, car celui qui le traduit parmi les êtres humains se trompe, et parfois il voit juste, mais ses termes employés ne bénéficient pas du caractère miraculeux.

De la même manière pour le Coran , le musulman accomplit un acte d’adoration par sa lecture ; pour chaque lettre lue, il bénéficie de bonnes actions. Les bonnes actions se multiplient par dix ou plus encore, alors que la traduction rapprochée ne bénéficie pas de ses avantages. Et ainsi de suite, sur beaucoup de sujets. C’est pourquoi, il n’est pas possible de considérer la traduction rapprochée du Coran comme le Coran  véritable, bien que la traduction rapprochée authentique du Coran  soit obligatoire à la lecture pour qui ne maitrise pas la langue arabe. Il apprend à travers cette traduction à connaître les règles religieuses, et doit les mettre en application, non pas de manière apparente, mais par des actions basées sur ce que représente le Coran  dans ses fondements à la base. Et Allâh Seul Sait. [1]

Notes

[1Fatâwa wa Rassâ-îl Moukhtârah du SHeikh Muhammad as-Sabîl, p.153-154

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *